Avis coach perte de poids: accompagnement minceur

Les conseils en matière de perte de poids peuvent être frustrants, tant pour les diététiciens que pour les clients. Dire aux clients qu’ils doivent perdre du poids pour des raisons de santé ou qu’ils doivent manger moins et faire plus d’exercice ne produit généralement que peu de changements.

Cependant, lorsque le diététicien abandonne son rôle de conseiller et devient plutôt un accompagnateur, le client devient souvent un participant actif de son programme de perte de poids. Ils s’investissent dans l’élaboration de leurs propres objectifs et plans d’action et sont plus susceptibles de les suivre et d’obtenir les résultats qu’ils souhaitent.

Le passage du conseil au coaching exige des diététiciens qu’ils acquièrent de nouvelles compétences qui se développent avec le temps. Un coach en perte de poids écoute plus et parle moins, pose des questions au lieu de donner des instructions, aide ses clients à se préparer au changement et propose des stratégies spécialement conçues pour eux. Les diététistes n’ont pas besoin d’utiliser toutes les stratégies de coaching présentées ici en même temps pour aider leurs clients à perdre du poids. L’utilisation d’une seule stratégie de coaching lors de votre prochaine séance peut aider à motiver un client et à l’envoyer dans la bonne direction.

Coaching et conseil

Le coaching implique d’être présent, de créer un climat de confiance, d’établir un partenariat et de favoriser la responsabilisation. Le coaching est centré sur le client et permet de développer une meilleure relation avec les clients que le conseil, car il les encourage à s’impliquer dans le processus de changement. Les coachs reconnaissent que les clients résistent à l’idée qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire, ils leur donnent donc la liberté de prendre leurs propres décisions.

Dans le conseil, le diététicien conseille ou donne des instructions pour influencer le changement, et les objectifs sont orientés par le conseiller. Par exemple, le diététicien choisit des documents sur le contrôle des portions, la lecture des étiquettes et les méthodes de cuisson avant de rencontrer un client en surpoids. Au début de la séance, le diététicien peut dire au client ce dont il va discuter, puis lui donner des instructions sur les moyens de réduire son apport calorique.

Mais que se passe-t-il si le client grignote tout au long de la soirée de multiples portions individuelles de chips, de biscuits et de jus de fruits à faible teneur en matières grasses ? Dans ce cas, si le diététicien dit au client de changer ses habitudes alimentaires, qui ne sont pas le cœur du problème, la séance ne sera pas efficace. Le client va s’asseoir et acquiescer en silence pendant que le DR parle et dirige la conversation. Il en résulte un mauvais rapport et une mauvaise communication, après quoi il est peu probable que des changements d’habitudes alimentaires se produisent.

Dans le coaching, c’est le client qui fixe le programme. Le coach pose des questions ouvertes sur les habitudes et les comportements alimentaires et permet aux clients de diriger la conversation. L’objectif est d’écouter les clients, de les préparer au changement, puis de les aider en leur proposant un plan personnalisé qui leur conviendra. Lorsque les clients conçoivent leurs propres plans en tenant compte de leur propre calendrier, ils sont plus susceptibles de les suivre. Le DR, en tant que coach, est présent pour guider les clients et s’assurer que leur plan est raisonnable et nutritionnellement sain.

Qui bénéficie du coaching ?

Les clients qui bénéficieront le plus du coaching sont ceux qui prennent l’initiative de consulter un diététiste et qui sont prêts à faire des changements. Ils reconnaissent qu’ils ont le contrôle sur leur situation et souhaitent obtenir un certain résultat. Cependant, même ceux qui résistent initialement au changement peuvent se transformer dès que le DR cesse de leur dire quoi faire et commence à leur demander ce qu’ils veulent, ce dont ils ont besoin de la part du diététiste, et ce qu’il est possible pour les clients de changer de façon simple et par petites étapes.

Le coaching consiste à susciter un plan pour atteindre un objectif. Pour que cela fonctionne, les clients doivent savoir ce qui doit changer. La question de la perte de poids est idéale car presque tout le monde sait que les aliments riches en calories et les habitudes sédentaires doivent changer pour perdre du poids. Le client a une certaine connaissance des habitudes indésirables et quelques idées sur les changements alimentaires les plus sains. Le DR, en tant que coach, aide à clarifier, diriger et soutenir le client alors qu’il s’efforce d’identifier les petits changements simples qui favoriseront la perte de poids.

En revanche, une personne dont le diabète vient d’être diagnostiqué n’est pas un bon candidat pour le coaching, car elle ne sait pas quels changements alimentaires et de mode de vie sont nécessaires pour maintenir un taux de glucose sain. L’objectif principal est de fournir ces informations et de s’assurer que le client comprend ce qui est nécessaire.

Commencer avec un nouveau client

Avec les clients qui perdent du poids, il est important que les diététistes prévoient plusieurs séances pour commencer à travailler avec eux, à surveiller leurs objectifs et à suivre leurs progrès. Les diététistes peuvent profiter de la première séance pour établir une relation et montrer aux clients que de petits changements peuvent faire une grande différence. De nombreux clients qui s’engagent dans une démarche de perte de poids essaient de changer plusieurs habitudes à la fois et, par conséquent, l’échec est fréquent et rapide. Lorsque les clients réalisent que de petits changements peuvent s’additionner et produire des résultats significatifs, ils sont plus susceptibles de se détendre et d’être plus réceptifs.

Avant la première séance, envoyez aux clients un questionnaire à remplir et à apporter lors de la première rencontre. La façon dont ils répondent aux questions vous donnera un aperçu de leur état d’esprit et vous aidera à déterminer un point de départ. Une question importante à poser est la suivante : « Quelles sont les cinq raisons pour lesquelles vous voulez perdre du poids ? » Les réponses typiques sont « pour se sentir mieux », « pour la santé », « pour avoir plus d’énergie », « pour avoir plus de confiance » et « pour avoir une meilleure apparence ». Le problème de ces réponses est qu’elles sont vagues. Les clients ne peuvent pas visualiser quelque chose de concret qui les dissuadera de manger un dessert riche en graisses ou un en-cas croquant lorsqu’ils seront tentés.

La solution consiste à poser des questions supplémentaires sur la raison pour laquelle ils veulent perdre du poids. La vraie raison peut être de porter des shorts en public sans se sentir gêné ou d’arrêter de prendre un médicament sur ordonnance. Les diététiciens peuvent dire : « Dites-moi exactement comment vous vous sentirez mieux en perdant du poids » ou « Dites-moi comment vous envisagez une journée typique de votre vie une fois que vous aurez perdu X kilos ». Ces types de questions aideront les clients à se faire une idée précise de ce que sera leur vie, comment elle sera meilleure et comment ils se sentiront. Les clients peuvent utiliser ces images lorsqu’ils ont des fringales ou lorsqu’ils sont sur le point de participer à un cours d’exercice.

Au cours de la séance, les diététiciens doivent discuter avec les clients des étapes du changement (modèle transthéorique), qui permettent d’évaluer l’état de préparation d’une personne à adopter de nouveaux comportements sains qui, en fin de compte, entraîneront un changement (cliquez ici pour un exemple de tableau). La discussion sur les étapes du changement a trois objectifs :

Les clients peuvent se sentir rassurés de savoir qu’il n’y a rien de mal à résister au changement d’habitudes et que cela ne signifie pas qu’ils sont voués à l’échec.Les clients ne sont peut-être pas prêts à effectuer tous les changements nécessaires à un mode de vie optimal, comme le montre le tableau, mais le fait d’effectuer quelques changements à la fois montre qu’ils progressent.En utilisant le tableau, les clients peuvent remplir une case appropriée avec la date de leur première visite, et revenir périodiquement pour noter leurs progrès avec la date du jour dans la ou les cases appropriées.

Les clients se sentiront prêts à apporter des changements dans d’autres domaines au fur et à mesure qu’ils réussiront à prendre les bonnes habitudes qu’ils ont déjà adoptées. Le fait de voir les entrées se déplacer vers le côté droit du tableau démontre visuellement qu’ils progressent.

Développer les compétences

Comme nous l’avons mentionné, passer du conseil au coaching nécessite l’apprentissage d’un nouvel ensemble de compétences : l’écoute, le questionnement et le conseil. Voici quelques informations sur chacune de ces compétences et des stratégies pour les mettre en pratique dès votre prochaine séance avec un client en perte de poids.

L’écoute

L’écoute crée un environnement sûr dans lequel les clients se sentent écoutés et les diététiciens découvrent ce qu’ils veulent. Elle permet d’établir une relation confortable, de créer un rapport et d’atténuer le stress et la frustration. Si le fait d’éliminer les distractions et d’établir un contact visuel sont des signes physiques évidents d’écoute, il existe des compétences d’écoute intentionnelle que de nombreux diététiciens ne pratiquent pas toujours.

En raison de la nature précipitée des séances et de la passion des diététistes pour expliquer des informations nutritionnelles fiables, beaucoup tentent d’informer les clients le plus rapidement et le plus possible pour s’assurer qu’ils repartent armés de toute l’information dont ils ont besoin. De cette façon, le diététiste agit comme un conseiller, orientant la conversation et donnant au client peu d’occasions d’exprimer ses besoins.

Il est préférable que les diététistes écoutent les besoins des clients et ne fassent pas de suppositions avant qu’ils aient fini de parler. Le passage au coaching exige des diététiciens qu’ils changent des habitudes familières. Pour devenir plus proche d’un coach, entraînez-vous à entrer dans une session sans ordre du jour, essayez de ne pas anticiper les besoins des clients avant qu’ils ne parlent et évitez de donner une solution immédiate, ce qui signifierait que vous avez cessé d’écouter et commencé à parler.

Deux des changements les plus difficiles à réaliser pour les diététiciens sont peut-être de résister à l’envie d’expliquer et de conseiller pendant la collecte d’informations et de continuer à écouter même lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec leurs clients. Par exemple, il est généralement difficile pour les diététiciens de tenir leur langue lorsqu’un client explique qu’il veut perdre 40 livres d’ici la fin du mois ou qu’il veut suivre le nouveau régime paléo. Cependant, si les diététiciens corrigent ou conseillent immédiatement (c’est-à-dire, disent), ils peuvent rapidement ruiner les chances de développer une bonne relation et une confiance avec le client, qui sont essentielles à la relation de coaching. Avec le temps, le DR sera en mesure de donner des conseils, mais seulement après avoir écouté le client.

Questionnement

Les questions perspicaces empêchent les clients de donner au DR des réponses toutes faites et contribuent à les sensibiliser. Les diététistes peuvent motiver les clients à agir et à prendre leurs propres décisions en fonction de leurs propres réponses. Poser les bonnes questions peut aider à fournir des informations tout en aidant à résister à l’envie de donner des conseils. Les lignes directrices suivantes peuvent aider les DR pendant les séances avec les clients :

Évitez d’utiliser le mot « pourquoi ». Cela implique que le client doit faire quelque chose. Par exemple, la question « Pourquoi n’apportez-vous pas votre déjeuner au travail ? » peut susciter de la résistance si le client a l’impression qu’on lui fait honte ou qu’on lui dit ce qu’il doit faire. Poser la même question en utilisant le mot « comment » ou « quoi » change le ton. Les questions « Qu’est-ce qui vous empêche d’apporter votre repas au travail ? » ou « Comment les choses devraient-elles changer pour que vous puissiez préparer votre repas au travail ? » impliquent qu’une situation peut être changée, et non que le client est en faute.Posez des questions qui font avancer le client plutôt que celles qui cherchent à justifier ce qui a mal tourné. Par exemple, « Que pouvez-vous essayer la prochaine fois que vous aurez faim à 21 heures ? » peut susciter une solution, tandis que « Dites-moi à quoi vous pensiez lorsque vous avez mangé ces biscuits » se concentre sur ce que le client a fait de mal.N’utilisez pas de « queggestions ». Il s’agit de suggestions se présentant comme des questions, telles que « Et si vous prépariez votre déjeuner la veille ? » ou « Pourriez-vous garder une bouteille d’eau pleine à votre bureau ? ». Ce sont des idées qui peuvent fonctionner pour le diététicien, ou quelqu’un d’autre, et pas nécessairement pour le client. Plus la question est ouverte, plus le client a la possibilité de penser à une réponse qui lui conviendra. Des questions comme  » Comment pouvez-vous vous rappeler de boire de l’eau plus souvent ?  » ou  » Quel serait le moyen le plus pratique pour vous d’avoir de l’eau à portée de main ?  » laissent la solution ouverte. Les clients peuvent penser à des scénarios qui ne viendront peut-être pas à l’esprit de leur diététiste, par exemple :  » Chaque fois que je raccrocherai le téléphone, j’irai à la fontaine d’eau et je boirai un gobelet d’eau. « 

Les bonnes questions aident également les clients à planifier à l’avance.  » Que ferez-vous si vous avez faim après le déjeuner ?  » ou  » Quand allez-vous intégrer la marche de deux miles dans votre emploi du temps ?  » permettront au client de repartir avec un plan solide, y compris des stratégies pour contourner les obstacles.

Conseiller

À un moment ou à un autre, il sera probablement nécessaire de donner des conseils à un client en perte de poids. L’objectif est de conseiller sans dire, corriger ou donner l’impression au client qu’il fait quelque chose de mal.

Dans le cadre d’un conseil, le médecin de famille dit à ses clients : « Vous devez manger trois repas par jour pour assurer la distribution des nutriments et le contrôle de l’appétit », puis il demande éventuellement : « Allez-vous le faire ? », en supposant que les clients pensent que c’est dans leur intérêt. Dans le coaching, l’information est dispensée de façon objective et d’une manière telle que les clients n’ont pas l’impression qu’on leur dit ce qu’ils doivent faire. Le client a toujours la liberté de prendre ses propres décisions. Voici trois facteurs clés pour un conseil efficace :

Demandez la permission de partager. Selon Jennifer Corbin, maître coach certifié et présidente de Coach U, un fournisseur mondial de programmes de formation de coachs, « Un conseil sans permission est une critique. » Faites précéder les conseils d’une question telle que « Puis-je vous faire part de mes préoccupations concernant votre décision de ne pas faire d’exercice ? » ou « Aimeriez-vous entendre certains des avantages d’un journal alimentaire avant de décider de ne pas en tenir un ? ». Les clients se sentent respectés lorsque les diététiciens demandent la permission de donner des conseils. Les clients ont l’impression d’avoir le contrôle et les diététiciens ont leur attention avant de parler.Fournissez les faits sans offrir d’opinion personnelle. Au lieu de dire « Je n’aime pas que les gens suivent un régime à 900 kcal », dites « Les carences en nutriments, les altérations du métabolisme et la faim extrême font qu’un régime à 900 kcal n’est pas sûr et n’est pas efficace sur une longue période ».Demandez aux clients de vous faire part de leurs réactions après avoir entendu ce que vous avez dit. Demandez-leur : « Que pensez-vous de l’intégration de certains aliments riches en glucides dans votre régime alimentaire ? » ou « Ce que j’ai dit vous fait-il changer d’avis sur le fait de sauter le petit-déjeuner ? ». Cela permet aux clients de partager leur position sur le sujet. Les diététiciens peuvent ainsi mieux juger de la marche à suivre et montrer qu’ils tiennent compte de l’avis de leurs clients.

Conclure la séance

À la fin de chaque rencontre, demandez aux clients ce qu’ils ont appris, ce qu’ils ont réalisé et ce qu’ils prévoient changer ou travailler au cours des deux prochaines semaines. Ces questions leur rappelleront les mesures qu’ils ont proposées et la quantité d’informations qu’ils ont recueillies. Il est également utile d’organiser la prochaine séance à ce moment-là pour s’assurer qu’un rendez-vous de suivi sera fixé.

Changement de vitesse

La question la plus fréquente posée par les diététiciens qui envisagent le coaching est la suivante : « Où vais-je trouver tout ce temps pour écouter et faire parler le client ? ». La réponse est que les DR passeront moins de temps à parler au fur et à mesure que le client parlera davantage, de sorte que le temps passé en séance s’équilibrera en fin de compte.

Exercez-vous à écouter davantage et familiarisez-vous avec les questions et les conseils dans vos interactions quotidiennes avec votre famille et vos amis. Demandez à votre adolescent « Qu’est-ce qu’il faudrait pour que tu fasses tes devoirs avant le dîner ? ». Ou demandez à un collègue de travail « Puis-je te dire quelles mesures prendre pour mieux hiérarchiser ta charge de travail ? ». Si les DR se mettent à la place du navigateur plutôt qu’à celle du conducteur, ils peuvent toujours empêcher les clients de dévier de leur route. La différence, c’est que les clients feront le voyage à leur propre rythme, en suivant l’itinéraire qui leur est le plus familier.

Les coach ne peuvent pas se tromper en écoutant davantage, en posant des questions et en demandant la permission avant de donner des conseils. En passant rapidement du conseil à l’accompagnement, le rapport se développe, car les clients se sentent davantage écoutés et responsabilisés. Les clients seront plus enclins à suivre les plans d’action qu’ils ont aidé à concevoir et seront encouragés à prendre et à garder davantage de rendez-vous de suivi pour atteindre leurs objectifs de perte de poids.

5
/
5
(
1

vote

)

L’article Avis coach perte de poids: accompagnement minceur est apparu en premier sur Jules Miette coach Perte de poids – Jeûne intermittent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *